Démarche DevOps – Etats des lieux sur les intérêts et les enjeux

Brouillon

À venir

0 commentaire

DevOps est la démarche dans l’air du temps dont on parle de plus en plus à l’instar de l’agilité qui s’est installée petit à petit et qui est devenue aujourd’hui incontournable et incontestée. Alors que les méthodes agiles étaient utilisées pour la partie développement logiciel, les Ops n’étaient pas intégrés dans ce processus.

Née de la popularité croissante du développement en mode agile avec pour conséquence un nombre accru de versions, la démarche DevOps s’est, peu à peu, imposée et est, aujourd’hui, au développement logiciel ce que la révolution industrielle a été aux différentes industries, textiles, automobiles, ferroviaires…

DevOps

La pression du ‘Time to market’ nécessite un environnement capable de favoriser des releases fiables, de meilleure qualité, délivrées plus fréquemment, et plus rapidement, ce que permet la démarche DevOps… Et comme par hasard, les entreprises leader aujourd’hui sont celles qui ont adopté les pratiques de livraison continue. Par conséquent, le temps et l'argent investis dans le DevOps par ces leaders et ces géants de l'industrie ne laissent planer aucun doute sur les bénéfices réels de cette approche à leurs yeux.

Alors même que les projets se complexifient, que le rythme de renouvellement et d’évolution des applications web s’accélèrent, que la course contre la concurrence est un combat de tous les instants, l’entreprise se doit de se remettre en question, pour gagner en qualité et en productivité.

La démarche « DevOps » permet de rapprocher les opérations de développement et de production en entreprise tout en alignant les équipes, les outils et les processus. L’objectif à la clé : améliorer le délai de mise en production, générer de la valeur ajoutée, réduire les coûts informatiques et mieux répondre aux besoins métiers.

Pour s’assurer du maintien de cette qualité en permanence, la pratique de tests doit également être menée en continu. L’entreprise gagne en flexibilité et améliore la qualité de service pour ses clients en temps réel et de manière automatique.

Un cercle vertueux

Avec DevOps, le cercle est vertueux. Les mises à jour fréquentes préviennent des petites erreurs, les équipes IT, ingénierie et qualité sont motivées pour travailler ensemble dans la même direction et sont donc plus efficaces. Le processus de prise de décision s’en trouve accéléré.

Cependant, certaines entreprises sont encore frileuses et craignent un phénomène de mode.

La démarche DevOps fait peur parce qu’elle s’accompagne d’une grande phase de changements culturels et organisationnels liés aux processus existants. Par ailleurs, elle nécessite des compétences pointues, du temps et de l’argent y compris sur le long terme.

Une citation de Charles F. Kettering, inventeur, illustre assez bien la peur du changement

Le monde déteste le changement, c’est pourtant la seule chose qui lui a permis de progresser

Il ne suffit pas d’avoir la volonté de mettre en place une démarche DevOps, il faut avoir conscience de tous les aspects indissociables qui en découlent.

Avec des règles à respecter

C’est une évolution qui implique notamment :

  • De décloisonner les services et de les orienter vers la transparence,
  • Une interaction entre les équipes,
  • Une collaboration avec les clients.

Mais aussi :

  • L’automatisation. C’est une des clés de la réussite. En créant des environnements de travail qui favorisent l’automatisation et en automatisant tout ce qui peut l’être, non seulement l’entreprise gagne du temps mais surtout, elle réduit le risque d’erreurs dû aux diverses interventions manuelles. La livraison et le déploiement continus permettent non seulement, de produire des solutions logicielles sur des cycles courts mais aussi de s’assurer en permanence que chaque modification apportée n’a pas ou n’aura pas d’incidence sur le bon fonctionnement.
  • Des choix technologiques compatibles : ils doivent tenir compte de l’utilisation partagée des équipes opérationnelles et de développement, être en mesure de capter la qualité et le succès des déploiements applicatifs grâce à des outils de performance et de surveillance
  • L’intégration de la sécurité dans les pratiques DevOps « DevSecOps » : mise en place d’environnements de tests et gestion de tests en continu. Que ce soit les tests unitaires menés par le développeur, les tests d’intégration menés par un testeur dédié, les tests du système complet ou encore les tests d’acceptation, menés avec des utilisateurs pilotes.
  • La mesure du ROI : les entreprises doivent aujourd’hui justifier que chaque euro investi l’a été à bon escient. Lorsqu’il s’agit de DevOps, le ROI peut se mesurer par l’optimisation du temps passé sur des opérations automatisées, l’investissement de ce temps sur des tâches à plus forte valeur ajoutée ou encore toutes les données liées à l’amélioration de l’expérience client.

Il ne faut pas perdre de vue l’aspect métier pendant toute la durée du projet, car les applications et les sites développés sont, avant tout, destinés à l’utilisateur final.

Enfin, DevOps devenant de plus en plus essentiel au succès d’une équipe et Azure de plus en plus incontournable, Microsoft propose Azure DevOps avec des services qui couvrent toute l’étendue du cycle de développement pour aider les développeurs à livrer les logiciels plus rapidement et avec une qualité supérieure.

Christine Moronval

Responsable Communication chez Volkswagen puis Directrice de Clientèle dans le groupe DDB, elle rejoint SoftFluent avec plus de 20 ans d'expérience en Marketing/Communication.

Profil de l'auteur