Audit de code : quels enjeux pour les DSI ?

Brouillon

À venir

0 commentaire

060918BizCMO_AuditdeCode

A l’ère de la transformation numérique, les logiciels sont présents partout, y compris pour une simple prise de rendez-vous chez le médecin ou chez le dentiste et, en même temps, le niveau d’exigence des utilisateurs s’est fortement accru. Les internautes sont devenus des zappeurs compulsifs, rebutés au moindre fonctionnement instable, lent et ne parlons pas des éventuelles interruptions de service.

C’est pourquoi lorsqu’une application ne fonctionne pas bien, elle impacte directement non seulement la productivité de l’entreprise mais aussi l’image de marque et d’autant plus s’il s’agit d’une application de gestion ou métier.

A l’heure du big data, les entreprises sont amenées à traiter de plus en plus de données avec des besoins en ressources informatiques de plus en plus importantes ; il en résulte parfois des incidences en termes de ralentissement ou de non-réponse.

Les attentes et exigences s’accompagnent aussi d’évolutions diverses et variées pour rivaliser d’originalités mais lorsque celles-ci ne sont pas prévues à l’origine, elles demandent plus d’efforts et ajoutent inutilement de la complexité voire des dérives potentielles…

Dans ce contexte, les bonnes pratiques liées au code (nombre de commentaires, quantité de doublons, code inutile, complexité des algorithmes) deviennent une nécessité et il est plus que jamais indispensable de maintenir une visibilité complète sur l’ensemble des applicatifs. C’est tout l’objet de l’audit de code ou de performance de vos applicatifs.

Pourquoi faire un Audit de Code ?

 Voici 5 raisons non exhaustives ci-après :

  • Vous manquez de maitrise sur votre code,
  • Vous avez des doutes sur l’état de santé de votre application
  • Vous voulez mesurer le coût de maintenance de votre application
  • Vous voulez anticiper ou identifier les éventuels problèmes
  • Le développement et la gestion du code de votre application sont externalisés et vous n’y avez pas accès

et qui nous ont inspiré cette infographie.

Bref, vous subissez les aléas de votre application, on vous donne des explications que vous ne pouvez pas vérifier, vous ne maitrisez pas non plus les coûts de maintenance de votre application et il vous est par conséquent difficile de prendre des décisions quant à son évolution future…

Parfois même, le code de votre application a été optimisé au fil des années, réglé pour s’adapter aux évolutions diverses et variées des mainframes, maintenu à la main au petit bonheur la chance… et plus personne n’est en mesure de comprendre comment il fonctionne. C’est ce que l’on appelle le Code Legacy qui engendre un coût de maintenance totalement exorbitant et absolument pas maitrisé.

L’audit de code va vous ouvrir les yeux !

Les bénéfices de l’audit de code

Les audits et les outils associés permettent de générer des rapports avec :

  • Une vue synthétique sur la santé des applications
  • Des recommandations
  • Un niveau de priorité pour chacune d’elles.

Ils sont une aide précieuse pour les DSI puisqu’en un coup d’œil, il devient presque facile de savoir sur quelles applications il est nécessaire d’investir ou non et à quelle échéance.

Ainsi, l’audit de performance applicatif est une bonne pratique qui permet de :

  • Connaître les limites de l’application
  • Disposer d’un regard extérieur et indépendant sur l’application
  • Bénéficier de recommandations quant aux optimisations possibles à mettre en œuvre

L’expérience utilisateur est un des éléments clé du succès des applications et c’est une des nouvelles missions de la DSI que de veiller à la performance des applications, de la mesurer et d’apporter des mesures correctives en permanence. C’est pourquoi les audits de performance figurent en tête de liste des enjeux importants pour la compétitivité des entreprises.

SoftFluent, véritable référence en développement d’applications .NET, propose une approche personnalisée reposant sur une méthodologie éprouvée qui combine outils et analyse humaine. Les outils d’analyse comme « Source monitor », « Ndepend » ou différents outils réalisés par nous-mêmes permettent de disposer d’éléments chiffrés concrets. Ces éléments sont analysés par les auditeurs de SoftFluent qui comptent plus de 200 audits à leur actif.

DecouvrirOffre3 NousContacter3

Christine Moronval

Responsable Communication chez Volkswagen puis Directrice de Clientèle dans le groupe DDB, elle rejoint SoftFluent avec plus de 20 ans d'expérience en Marketing/Communication.

Profil de l'auteur