Catégories : Expertise DSIPar Commentaires fermés sur Design thinking : pourquoi et comment ?

A l’origine de ce concept de Design Thinking et de la technique du Brainstorming, c’est Alex Osborn un publicitaire américain, pionnier du management de la créativité.

Mais c’est en 1987 que l’expression est consacrée notamment avec la sortie du livre ‘Design Thinking in the Digital Age’ de Peter G Rowe professeur d’architecture et de design urbain et professeur émérite à l’Université Harvard mais aussi avec la définition de Tim Brown et David Kelley de l’agence IDEO.

Le Design Thinking est une méthode destinée à répondre aux besoins et désirs des humains en composant avec la faisabilité technologique et la viabilité stratégique

Le Design Thinking : pourquoi ?

Centrée sur l’humain, la démarche de Design Thinking est un processus d’innovation qui favorise la collaboration, la mise en avant de profils variés et la cocréation avec les clients pour décloisonner les méthodes et les prises de décision afin de satisfaire au mieux les attentes des clients.

Sa finalité ?

Concevoir des produits et services qui :

  • donnent envie,
  • sont fiables techniquement,
  • et viables économiquement.

Et surtout qui répondent parfaitement au problème de l’utilisateur du fait de la projection de la solution dans le contexte d’usage avec le client potentiel.

Bien qu’elle existe depuis plusieurs années, cette méthode de résolution de problèmes prend une place de plus en plus importante dans les entreprises, à l’instar de l’agilité et du lean start’up.

 

Le Design Thinking : comment ?

Le Design Thinking est une démarche basée sur l’intelligence collective.

Intelligence collective

L’intelligence collective est la mise en commun des compétences, connaissances, créativités, capacités de réflexion et de résolution de problèmes… au service d’un objectif commun.

Dans un environnement complexe, dynamique et compte tenu de la vitesse d’évolution, l’entreprise doit faire preuve de flexibilité pour faire face à toutes les situations y compris celles qu’elle n’imagine pas encore aujourd’hui avec pour principaux objectifs de :

  • Créer un terrain de bienveillance, d’écoute, d’ouverture, d’entraide, de parité et de créativité pour favoriser la participation de tous
  • Favoriser l’émergence de solutions innovantes et d’expérimentation collectives
  • Rendre les participants acteurs de leur changement
  • S’inscrire dans une vision orientée solution à la foi pragmatique et optimiste
  • S’interdire l’autocensure
  • Favoriser la diversité du groupe aux intérêts et compétences différents, analytiques tout autant que créatives

 

Il n’y a plus vraiment de notion de manager, l’animateur (appelé facilitateur) a tout préparé en amont et est en retrait pendant les ateliers : il est gardien du cadre et de la méthodologie, il est neutre par rapport à la problématique traitée, il n’influence pas et n’intervient pas en expert du sujet (quand bien même il le serait)

Comme le précise Sabrina Pereira, Team Leader et facilitatrice chez SoftFluent

Il faut non seulement être ‘timekeeper’ avec l’aide d’un minuteur, mais aussi veiller à ce que personne ne monopolise par la parole et surtout, que tout le monde participe

Le grand intérêt est que tout le monde participe pour que cette interaction entre les différents membres d’un groupe – équipe, entreprise, groupe de travail, etc. – crée une véritable synergie, et une émulation source d’idées et d’innovation.

Selon Sabrina

Les espaces de créativité et les outils sont très importants : TBI (tableaux blancs interactifs ou tableaux numériques interactifs), les post-it pour que chacun puisse s’exprimer, avec une couleur différente par thème abordé, les gommettes qui permettent à chacun de ‘voter’ sur l’idée que le séduit le plus

Cette façon d’interagir peut même se dérouler à distance grâce à des outils collaboratifs et participatifs comme Zoom et Klaxoon.

Le nombre d’étapes du Design Thinking peut varier, mais la philosophie de la démarche reste toujours la même : bien identifier le problème pour y apporter la ou les bonnes solutions. Le but premier n’est pas la finalisation du projet, mais plutôt le fait d’encourager le foisonnement d’idées et de les nourrir par itération.

Les étapes du Design Thinking

La phase empathique

Feel Comprendre les besoins mais aussi le contexte, le quotidien et les comportements des clients ou prospects, il faut être curieux voire même essayer de se mettre à leur place. Il est important de ne pas avoir d’idées préconçues et, au contraire, de savoir écouter et de ne pas juger. On essaie de répondre à la question ‘pourquoi’ plutôt que ‘comment’ ?

La génération d’idées

Imagine Une fois la problématique posée, on peut de laisser libre court à son imagination pour proposer un maximum d’idées lors d’un brainstorming. L’idéal est de procéder en petit groupe de 4 à 7 personnes pluridisciplinaires, et d’alterner réflexion individuelle et travail collectif. Les ‘stakeholders’ (parties prenantes) du côté client sont très importants dans cette phase pour être garants de l’adéquation de la solution avec les attentes

La création de prototype

Do Suite aux différentes idées proposées, on peut procéder par vote pour retenir la solution digitale et la matérialiser visuellement avec un story board qui incarnera le concept le plus fidèlement possible, étape préalable au prototype. C’est là que le design a son importance pour modéliser la solution avec une maquette et valider la faisabilité avec un prototype tangible.

Le test

Share Cette dernière phase permet de confronter le prototype avec les utilisateurs finaux et de recueillir leur feed-back. Ces retours seront précieux pour améliorer la solution choisie et s’appuyer sur les forces afin de défendre le projet auprès de la direction notamment mais aussi pour augmenter les chances de réussite du projet.

 

Le Design Thinking apparait comme une réponse très opérationnelle aux différentes problématiques que rencontrent les entreprises en combinant design et business.

A lire sur le même sujet : Design Sprint, passer d’une idée à la solution en 5 jours

Ne ratez plus aucunes actualités avec la newsletter mensuelle de SoftFluent