Dans un monde où l’on attend de l’instantanéité et de la fluidité, ce qui était acceptable il y a encore 20 ans ne l’est plus pour cette nouvelle génération outillée et habituée à avoir tout,  tout de suite. Les niveaux d’exigence ne cessent de croître et pour satisfaire ces exigences, les applications sont de plus en plus complexes et rivalisent d’ingéniosité dans les fonctionnalités.

Dans ce contexte, le développement d’applications natives pour le Cloud est devenu un sujet tendance, à l’instar de l’agilité et du DevOps. Mais se pourrait-il qu’il soit l’outil tant attendu, le sésame pour accélérer l’innovation et la croissance de l’entreprise ?

Qu’est-ce qu’une application Cloud Native ?

Une application ‘Cloud Native’ est une application conçue et pensée pour le Cloud. Architecturée éventuellement sous forme de Microservices, elle peut être intégrée et déployée par de petites équipes de développement dédiées à une plate-forme, et permet de créer et livrer rapidement des fonctionnalités en phase avec les besoins des clients.

Les applications ‘Cloud Native’ sont écrites dans des technologies centrées Web comme HTML, CSS, JavaScript/TypeScript (et bientôt Blazor client côté Front),  .NET,  Go,  Node.js, PHP,  Python ou Ruby côté serveur.

Quels sont les avantages ?

Une application Cloud Native peut bénéficier de toutes les capacités du Cloud et des bénéfices associés. Par exemple, les services Cloud permettent plus facilement de concevoir des applications hautement disponibles : en cas de panne d’un équipement du DataCenter du fournisseur de Cloud, un autre équipement de ce même DataCenter  peut prendre le relais automatiquement, voire la charge peut être immédiatement transférée vers un DataCenter d’une autre région.

ailleurs, en cas de pic d’utilisation, une application Cloud Native peut bénéficier de l’élasticité offerte par le Cloud et utiliser davantage de ressources qui pourront être désactivées dès la fin du pic et un retour à la normale de l’utilisation.

Enfin, avec une approche Cloud Native de type CaaS (Container as a Service), les entreprises peuvent créer des applications qui s’exécutent sur n’importe quel Cloud (public ou privé) sans modification.

Cela demande de mettre au point une architecture solide :

  • Capable de supporter les charges de travail en continu et en pic
  • En raisonnant Microservices et déploiement extensible
  • Intégrant, le cas échéant, les infrastructures déjà en place en mode Hybride

Dans le développement traditionnel, le code a un accès direct à toutes les ressources dont il a besoin. Cela peut donner une base de code monolithique, peu flexible, qui reste difficile à découper. Dans une application Cloud Native, le code doit être plus découpé. Ces couches d’abstraction rendent plus gérables l’infrastructure et les équipes dédiées et permettent aussi de réduire les coûts : moins de ressources, moins d’équipes et moins de risques. Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que ces applications Cloud Native comportent également leur lot de difficultés notamment l’intégration de tous les composants ou encore la sécurité de l’ensemble des applications.

Quelles sont les caractéristiques ?

Pour tirer parti des possibilités de l’approche Cloud Native, il convient de :

  • Opter pour un modèle de développement qui repose sur l’utilisation de PaaS, une plateforme en tant que service. Une PaaS offre aux développeurs un environnement d’exécution complet : le système d’exploitation, le stockage, l’accès réseau, les logiciels serveur comme par exemple le système de gestion de base de données, et les runtimes d’exécution des composants logiciels
  • Intégrer les concepts de DevOps, notamment de livraison et déploiement en continu de microservices , voire de conteneurs

La culture DevOps

C’est la collaboration entre les développeurs de logiciels et les administrateurs systèmes dans le but de fournir des logiciels de haute qualité qui répondent aux défis des clients. Cette démarche crée un environnement de développement dans lequel les tests et la mise en production sont plus rapides, plus fréquents et plus cohérents.

Le déploiement en continu

Il permet de répondre aux enjeux de rapidité, agilité et évolutivité en automatisant l’envoi de Release des composants logiciels à la production. En automatisant les opérations manuelles, les entreprises peuvent se recentrer sur leur business tout en éliminant les risques liés aux erreurs humaines. La livraison continue permet également d’obtenir des retours plus rapides des utilisateurs finaux.

L’architecture Microservices

Elle a pour objectif de diviser une application en fonctionnalités encapsulées au sein de services autonomes. Chacun de ces services est géré et évolue indépendamment des autres services et peut être déployé, amélioré, mis à l’échelle et être redémarré indépendamment des autres services de l’application. Dans le cadre d’un système de déploiement automatisé, les mises à jour peuvent être fréquentes sans impact sur les clients finaux.

Ces pratiques peuvent être soutenues par les Conteneurs ou des services ServerLess, qui offrent une unité de déploiement d’applications et un environnement d’exécution autonome parfaitement adapté.

La mutualisation des ressources poussées par la mouvance Devops permet de se concentrer sur l’essentiel et de mettre en commun les efforts afin de produire des applications natives dans le Cloud qui répondent aux besoins des utilisateurs.

Lorsque les entreprises créent et exploitent des applications de manière native sur le Cloud, elles apportent de nouvelles idées sur le marché et répondent plus rapidement aux demandes des clients.